L’Arc de Triomphe de Paris

Il y a toujours une bonne raison de se rendre à Paris, la capitale française éternellement attractive. A cette occasion, nous tournons notre curieux regard touristique vers l’Arc de Triomphe qui s’élève sur la place névralgique de l’Etoile.

En 1805, après la victoire à la bataille d’Austerlitz, Napoléon décida de construire un arc de triomphe de style romain sous lequel ils pouvaient défiler la glorieuse Grande Armée et rappeler à tous leur invincibilité.

Ainsi commença la construction d’un des symboles de Paris. Il a été construit à Paris sur la Plaça de la Estrella-Charles de Gaulle, à la fin des Champs Elysées, et ses travaux n’ont été achevés qu’en 1836, sous le règne de Louis Philippe d’Orléans.

Le quartier de l’Etoile est l’un des endroits les plus populaires pour chercher un hôtel à Paris, bien situé et avec tout le glamour. Accessible en voiture et par les transports en commun de la ville, vous serez à quelques pas de l’avenue Foch, par exemple, où des résidences privées abritent des personnages comme Carolina de Monaco.

L’Arc de Triomphe de Paris mérite un regard détaillé. Hautes de cinquante mètres et presque aussi larges, elles tiennent une imposante frise représentant les troupes françaises à deux moments de leur campagne : l’entrée en combat sur la façade et le retour par derrière. Au-dessus se trouvent trente boucliers portant chacun le nom d’une bataille remportée par l’empereur Bonaparte.

Nous verrons des plaques en bas-relief qui montrent des moments des batailles les plus célèbres et de grands reliefs sculptés montrant le départ des volontaires en 1792, le triomphe de Napoléon en 1810, la Résistance en 1814 et la Paix.

Sous l’Arche se trouve la flamme perpétuelle de la Tombe du Soldat inconnu, lieu de repos éternel d’un combattant français non identifié de la Première Guerre mondiale. Les troupes alliées sont passées sous l’Arc en 1944 lorsqu’elles ont libéré Paris.

Un escalier en colimaçon mène à la terrasse, point de vue spectaculaire sur les Champs Elysées d’un côté et La Défense de l’autre. Sans doute, une photo qui nous rappellera toujours notre séjour à Paris.

Histoire – La Tour Eiffel

La Tour Eiffel est une structure conçue par l’ingénieur français Alexandre-Gustáve Eiffel à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889 à Paris, organisée pour commémorer le centenaire de la Révolution française.

Au départ, Eiffel avait présenté son projet de tour aux responsables de la Mairie de Barcelone, afin qu’il puisse être construit dans cette ville espagnole à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1888 ; mais pour les responsables de la Mairie de Barcelone, il leur semblait une construction étrange et coûteuse, qui ne cadrerait pas avec la ville. Ils ont rejeté le projet.

Après le refus de Barcelone, Eiffel a présenté son projet aux responsables de l’Exposition universelle de Paris, afin qu’il puisse servir d’arche d’entrée et de centre d’intérêt de l’exposition. Ils ont accepté de construire la tour, bien que sans beaucoup d’enthousiasme, et seulement comme une construction temporaire, de sorte que l’année 1900 a été fixée comme date limite pour son démantèlement.

Dès que le projet de la tour a été connu, loin d’être une affaire d’amour avec les Parisiens, il a eu un énorme rejet social, suscitant une énorme controverse, non seulement parmi les artistes de l’époque, mais aussi parmi les voisins eux-mêmes parce qu’ils le voyaient comme un monstre de fer. Peu ont défendu le projet et beaucoup d’autres l’ont rejeté.

L’énorme rejet du projet par la tour suggérait qu’il serait démantelé comme prévu en 1900. Cependant, c’est l’armée française qui finira par sauver la vie de la Tour Eiffel, puisqu’après des essais militaires avec des équipements de transmission, il a été conclu que la tour était un lieu privilégié pour l’installation d’antennes et d’équipements radio. Avec cela, la Tour Eiffel avait déjà un usage pratique qui justifierait son amnistie et arrêterait les projets de démantèlement.

La construction de la structure a commencé en 1887. 250 travailleurs ont participé à sa construction. Il a été inauguré le 31 mars 1889 et ouvert au public le 6 mai 1889.

Il avait une hauteur initiale de 300 mètres. Par la suite, une antenne radio a été montée sur son sommet, dont la hauteur a atteint 324 mètres. Le projet initial prévoyait que la tour atteindrait 350 mètres de haut, mais les voisins étaient alarmés par la menace qu’un bâtiment aussi haut et sans pierre puisse tomber, et ils ont démontré, provoquant un changement de plans. A l’époque, la marque était la structure la plus haute du monde, jusqu’en 1930, date à laquelle elle a été dépassée par la tour Chrysler à New York en 1930.

Le poids initial de la tour était d’environ 7 300 tonnes, qui est passé progressivement à plus de 10 000 tonnes, grâce au musée, aux restaurants, aux entrepôts et aux magasins qu’elle abrite actuellement.

Aujourd’hui, il est considéré comme le symbole incontesté de la France et de la ville de Paris en particulier, étant le monument le plus visité au monde.

Patrimoine culturel

Paris est une ville au riche patrimoine : monuments, jardins, ponts et places. C’est une des villes du monde, à côté de Rome, qui a plus de monuments, et ils sont le reflet de la marque laissée par les rois et les présidents qui se sont succédés tout au long de l’histoire. Si nous visitons Paris, nous découvrirons ces richesses qui font de la ville lumière l’une des plus belles capitales du monde. D’autre part, il est essentiel de mettre en valeur la place des lieux de culte au sein du patrimoine parisien, véritables œuvres d’art, plus ou moins connues, qui offrent un panorama architectural et artistique exceptionnel. La Seine a été témoin de la construction de monuments qui reflètent les différentes étapes du développement de Paris, du Pont des Arts, du Carrousel, du Pont Neuf et de l’Alexandre III. Enfin, il convient de mentionner qu’il existe de véritables témoins de l’histoire de la capitale et de la France, des places célèbres comme la Place de la Bastille, emblème de la Révolution française, la Place des Vosges et la Place de la Concorde.

Pour pouvoir visiter les monuments et le patrimoine de Paris de façon ordonnée, nous suivrons l’ordre territorial par arrondissements ou districts, établi lors de l’extension de la ville en 1860 en absorbant les communes situées en périphérie et divisées en 20 arrondissements dotés d’un patrimoine impressionnant.

1- Le centre de Paris, l’Île de la Cité

Nous commencerons par l’île de la Cité (dans le quatrième arrondissement), une île située sur la Seine, au cœur de Paris, mais elle est importante non seulement d’un point de vue géographique, mais aussi d’un point de vue historique, car c’est là que se sont déroulés des moments historiques importants. Au Moyen Âge, l’île de la Cité était considérée comme le centre politique, religieux et juridique de Paris, et c’est là que les monuments les plus symboliques de Paris ont été construits, comme la cathédrale Notre-Dame, la Sainte Chapelle et la Conciergerie. Au XIXe siècle, les grands travaux d’urbanisme de la ville, dirigés par le baron Haussmann, modifient radicalement le paysage de l’île de la Cité. Les maisons autour de Nôtre-Dame ont été détruites afin de construire la grande place devant la cathédrale et de l’admirer sous différents angles. En outre, l’ancienne prison de la Conciergerie a été transformée en musée et le palais de justice a été agrandi. Les rues étroites de la vieille ville sont redessinées pour les rendre plus fonctionnelles, bien que certaines, comme la rue Chamoinesse et la rue Colombe, restent telles qu’elles étaient. De plus, les nombreuses églises présentes sur l’île ont été détruites, effaçant une partie importante du patrimoine médiéval de Paris.

Aujourd’hui, l’île de la Cité continue d’exciter les historiens et attire des touristes du monde entier, qui viennent visiter certains des monuments les plus emblématiques de Paris. Comme la célèbre cathédrale de style gothique de Notre-Dame, construite entre le XIIe et le XIVe siècle, qui était la plus grande cathédrale d’Europe. Elle est facilement reconnaissable à ses deux tours et ses trois portiques. C’est l’un des monuments les plus visités en France, donc si le visiteur veut aller tranquillement, il vaut mieux y aller tôt, car la plupart du temps il y a beaucoup de files d’attente. Une fois à l’intérieur, il nous impose la taille de cette cathédrale, avec 103 mètres de haut, 130 mètres de long et 48 mètres de large, une grande nef principale et cinq plus petites. On ne peut manquer d’admirer les rosaces et les vitraux, si caractéristiques du gothique, particulièrement beaux à Notre Dame.

La visite de la cathédrale est gratuite, mais si vous voulez visiter les tours du 13ème siècle (façade ouest), vous devrez le faire à temps, car il y a généralement assez de files d’attente et de paiement. Bien que cela en vaille la peine, pour les vues merveilleuses de la ville d’en haut (si vous n’avez que quelques jours de visite, il vaut mieux voir la ville de la Tour Eiffel, si vous avez quelque chose à jeter), et pour les gargouilles et les chimères construites par Viollet-le-Duc au XIXe siècle, ainsi que la clochette que Bourdon a construite au XVIIe siècle. Cependant, ils doivent être en forme pour gravir les 387 marches pour atteindre le sommet de la tour sud. L’entrée de la visite est située à l’extérieur de la cathédrale, à gauche de la façade, rue du cloître Nôtre-Dame.

Tours ouvertes tous les jours (dernier accès 45 min. avant la fermeture) :
– 1er avril-30 septembre : 10h00-18h30 (soir en juin, juillet et août : samedi et dimanche de 10h00 à 13h00).
– Du 1er octobre au 31 mars : de 10 h à 17 h 30.

Non loin du palais de justice se trouve la Conciergerie, la plus ancienne prison parisienne. Pendant la période turbulente de la Révolution française, 2 800 personnes y sont détenues, dont Marie-Antoinette. Il est intéressant de visiter et de se faire une idée de l’endroit où se trouvaient tous ces gens. La nuit, on peut voir le bâtiment illuminé avec ses quatre tours médiévales, dont l’une abrite l’horloge publique de Paris, installée en 1370 par Charles Quint.

La Conciergerie et la Sainte Chapelle sont les plus anciens vestiges du Palais de la Cité, résidence et siège du pouvoir des rois de France entre le Xème et le XIVème siècle, qui se trouvait dans ce lieu, où se trouve l’actuel Palais de Justice, de style classique et qui possède une grille dorée d’une grande beauté. Vous pouvez visiter la Sala des Pas Perdus et la Chambre Dorée, où se trouvait le tribunal révolutionnaire depuis 1793 et où des figures de la Révolution comme Marie-Antoinette ont été condamnées. Une audience civile est maintenant disponible gratuitement.

L’un des plus beaux monuments de la ville est la Sainte Chapelle, une œuvre d’art de l’architecture gothique, en particulier pour les impressionnants vitraux qui couvrent toute la chapelle, remplaçant les murs et laissant le spectateur émerveillé lorsqu’il les découvre. Il est conseillé de le faire un jour avec de la lumière, puisque vous pouvez mieux apprécier les couleurs et les scènes de vie religieuse qui y sont racontées. L’entrée se fait par la chapelle inférieure, dédiée à la Vierge Marie, où se rendaient les gens en service. Si vous voulez surprendre vos compagnons, vous pouvez leur dire que c’est la Sainte Chapelle, pour que plus tard, une fois qu’ils auront monté l’escalier qui mène à la haute chapelle, ils puissent en apprécier encore plus la beauté.

Derrière le Palais de Justice se trouve la place Dauphine, une place triangulaire du XVIIe siècle entourée de trente-deux maisons en brique et pierre blanche qui attirent l’attention.

Enfin, il ne faut pas oublier de mentionner le plus ancien pont de Paris, le Pont Neuf, l’un des premiers ponts de pierre, dont les deux parties se rejoignent dans un remblai artificiel résultant de l’union des deux petites îles de la Seine. Du Pont-Neuf on peut voir la rivière et le musée du Louvre, et c’est un lieu d’animation constante.

2- Du Louvre au Marais

En traversant le fleuve vers le nord à partir de l’île de la Cité, on arrive à un quartier qui est toujours le centre de la ville et qui se distingue par ses musées et ses rues variées, les seules qui ont échappé à l’expansion hausmanienne.

Dès que nous traversons la rivière, nous voyons la Plaza de Chatelet entourée de théâtres et nous trouvons la Rue de Rivolí, une très longue avenue pleine de magasins de vêtements, en particulier, qui relie la Place de la Concordia à la Place de la Bastilla.

Dans ce quartier, vous trouverez le Louvre, la Tour de Saint Jacques, la plus haute et la plus haute tour, près de l’hôtel de ville de la capitale, en français, la Mairie de Paris, un bâtiment d’une grande beauté architecturale que le visiteur ne peut pas manquer. Des événements sont organisés sur la place de la Mairie à Paris. La place, à côté de la rivière, sert de porte d’entrée à deux quartiers très intéressants. Le premier est Beaubourg, où règne le spectaculaire bâtiment du Centre Pompidou et des Halles, une ancienne place du marché transformée en centre commercial et de divertissement. Le deuxième est le Marais, qui a conservé une grande partie de l’architecture pré-hausmanique avec des rues plus étroites et des hôtels particuliers aujourd’hui occupés par des musées et des centres culturels étrangers. On y trouve le quartier juif avec ses boutiques et restaurants typiques, le quartier gay avec ses bars et restaurants non moins agréables où flotte le drapeau arc-en-ciel et la Place des Vosges, un vrai délice avec ses arcades, galeries d’art et cafés, où le cinéaste Chabrol s’asseyait.

Au nord du Louvre se trouve la célèbre place Vendôme, pleine de bijouteries et de colonnes de Napoléon, forgées avec les canons vaincus à la bataille d’Austerlitz. Au-delà, l’Opéra Garnier montre la splendeur de l’urbanisme de Hausman.

3 – Paris épicé typiquement parisien, Sacré Coeur et Pigalle

Plus au nord de l’Opéra Garnier et des Grands Boulevards, plein de grands magasins et de boutiques de luxe, se trouve le quartier de Pigalle, connu pour son cabaret et sa grande église. C’est un quartier très animé et populaire où les touristes, les classes aisées qui ont choisi la colline du Sacré Coeur pour mener une vie de bohème, et les plus humbles, les nouveaux arrivants immigrants. Les boutiques de souvenirs sont entrecoupées de salles X et de boutiques érotiques. Un mélange curieux et vivant, et surtout calme.

Le Moulin Rouge prend toute la notoriété mais n’est pas le seul cabaret. Pour ceux qui s’attendent à un bâtiment magnifique, soyez prudents, il peut décevoir. En remontant les ruelles étroites où le film Amelie a été tourné, on trouve des librairies, des poissonneries et des boutiques de quartier qui se mélangent avec des boutiques de souvenirs et des galeries d’art. La colline du Sacré Coeur est l’un des endroits les plus spectaculaires de Paris, l’un des plus connus et des plus populaires. Les vues sont incroyables, surtout si le jour est clair. L’église et les jardins sont très beaux, mais les ruelles étroites avec leurs escaliers raides ou la petite ville pour touristes derrière l’église ont aussi leur charme, avec les caricaturistes et les peintres pour qui un non ne suffit pas.

4 – La grande perspective de Paris. Du Louvre à la Défense

L’avenue principale de Paris commence à la Pyramide du Louvre, traverse le Jardin des Tuileries, la Place de la Concorde et devient les Champs Elysées à la hauteur de deux édifices grandioses souvent oubliés, le Grand et le Petit Palais, deux musées.

Avec les Champs Elysées commencent les cinémas, les grands magasins et les boutiques de luxe de l’avenue Montaigne. Ainsi, peu à peu, nous remontons une pente douce, loin du Louvre, pour atteindre l’Arc de Triomphe, où reposent les restes du soldat inconnu. Si nous faisons demi-tour, nous verrons la grande perspective parisienne. Mais ce n’en est qu’une partie, car la vue continue, la grande avenue continue jusqu’à traverser la Seine et quitter Paris. En arrière-plan, à l’extérieur de la capitale se trouvent la ville parisienne, le quartier des affaires et les gratte-ciel des multinationales françaises, La Défense avec son arche, pas le triomphe, ou peut-être le triomphe post-moderne de certains.

5 – La Tour, Napoléon et les Musées

La Tour Eiffel est située entre le 7e et le 15e arrondissement à l’ouest de Paris. Nous n’en parlerons pas parce qu’il y a une page spéciale pour le phare de Paris. En face, de l’autre côté de la rivière se trouve le Trocadéro, le musée, la place, le site d’exposition et le parc d’où la vue sur la Tour Eiffel est magnifique.

Tout près, dans le même 7ème arrondissement, se trouve le nouveau et tout neuf Musée des Arts Non-Européens, construit par Jean Nouvel, qui est un incontournable. Et un peu plus à l’est, toujours en direction du centre de Paris, se trouve l’esplanade des Invalides, avec d’un côté le Musée de l’Armée et le Tombeau de Napoléon, et avec le Pont Alexandre III, le Grand Palais et le Petit Palais et les Champs Elysées de l’Autre. Toute cette zone serait idéale pour se promener, même à partir de la Tour Eiffel, car les rives de la Seine sont parmi les plus beaux et les plus romantiques de Paris. Avec un peu de temps et de bonnes jambes, nous atteindrons le musée d’Orsay et, en passant, Notre-Dame.

6- Le Quartier Latin et bien d’autres choses encore.

Dans les vieilles rues du quartier latin traditionnel, aujourd’hui plein de restaurants et de boutiques, vous pouvez encore respirer le divertissement étudiant, un héritage du Moyen Âge, dans les cafés, les librairies et les clubs de cinéma.

L’espace est organisé autour de deux axes, l’avenue Saint Germain qui s’étend plus ou moins parallèlement à la rivière et l’avenue Saint Michel perpendiculaire à la précédente et qui part de la Place de Saint Michel du même nom.

C’est le quartier des galeries d’art (Saint Germain-des-près), l’Université (Barrio Latino), le Sénat (Luxembourg), les théâtres, les librairies, les restaurants pour touristes et les pubs (Mouffetard et Panthéon).

Le Quartier Latin est une petite zone du centre-sud de Paris. C’est l’Université, la Sorbonne et c’est de là que vient son nom. Dans le passé, les universités médiévales donnaient leurs cours en latin, ce qui explique que le nom n’a rien à voir avec celui de l’Europe du Sud.

Le bâtiment de l’université ne peut pas être visité, mais peut être vu de l’extérieur, ainsi que d’autres monuments importants de l’éducation, tels que le Collège de France et le Lycée Henry IV.

Plus au sud, nous trouvons l’imposant bâtiment du Panthéon où reposent les Pères Fondateurs de la France, tous très respectables, ce qui en dit long sur le respect de l’histoire de France. Outre l’attrait des bâtiments, le quartier, en particulier celui qui se trouve derrière le Panthéon, est un bel exemple d’urbanisme humain au cœur de la ville. Le quartier de Mouffetard est très animé et moins touristique que les avenues de Saint-Michel et Saint-Germain, situées à proximité. De nombreux pubs et restaurants donnent beaucoup de vie à un quartier éminemment jeune et étudiant. La Place de la Contrescarpe est une oasis de paix vivante au cœur de l’une des plus belles capitales du monde.

En face du Panthéon se trouve le jardin luxembourgeois, où se trouve le bâtiment du Sénat, l’ancien palais de Marie de Médicis. Ses jardins sont alignés avec l’observatoire de Paris et constituent l’ancien méridien 0 de la France.
De retour vers la Seine, nous descendons par les ruelles étroites du quartier de l’Odéon, où l’on trouve le Théâtre du même nom et de nombreux cinémas, restaurants et boutiques de toutes sortes. Au bout, à côté de la statue de Danton, se trouve l’avenue de Saint Germain.

Le quartier de Saint Germain des Près était autrefois un quartier bohème fréquenté par des peintres d’avant-garde, dirigés par Picasso et par les idéologues Simon de Beauvoir et Jean Paul Sartre. Ses cafés préférés sont maintenant occupés par des touristes. Ses rues à travers les galeries d’art et les librairies qui s’étendent jusqu’à la Seine.

De l’autre côté de l’Avinguda Saint-Germain, à l’est, ou en contrebas de Mouffetard, se trouve le quartier de Jussieu avec son université, le Jardin des Plantes, le jardin botanique, le jardin botanique, le zoo et aussi les vestiges romains de Lutèce. Le curieux bâtiment de l’Institut du monde arabe nous ramène sur la Seine, ses ponts et l’île de la Cité.

Enfin, si nous suivons l’horrible phare de la Tour de Montparnasse du Luxembourg vers le sud-ouest, nous atteindrons le quartier du même nom. De beaux bâtiments hausmaniens et un immense cimetière où reposent des personnalités. Le voilà endormi, à côté de son amour français, Julio Cortazar.

Les autres coins de Paris.

D’autres monuments plus éloignés, moins concertés, plus ou moins connus sont situés en dehors des zones susmentionnées.

Le cimetière de Pere Lachaise.

Il est essentiel de saluer Edith Piaf, présidents et politiciens, médecins et romanciers, et de s’y reposer entre autres : María Callas, Apollinaire, Arago, Balzac, Sarah Bernhardt, Oscar Wilde, Miguel Ángel Asturias, et le dernier président du Conseil des ministres de la République espagnole, Juan Negrín.

Et, oui, bien sûr, Jim Morrison, le chef légendaire des Doors.

La BNF

La Bibliothèque nationale de France, dans le 13e arrondissement, est un monument en soi. L’un des travaux réalisés sous le gouvernement de François Mitterrand mérite une visite, même s’il est un peu éloigné du centre. En face, c’est le curieux bâtiment du palais des sports de Bercy.

La Cité des sciences

Le Parc de la Villette dans le 17e arrondissement est un centre de loisirs et de connaissances. Concerts, expositions et congrès ont lieu dans ce curieux bâtiment. Le canal Saint-Martin qui traverse la ville et se termine à Arsenal, à côté de la Bastille, commence ici.

Vincennes

Un peu loin du centre-ville, dans le 12ème arrondissement, le Château de Vincennes est une ancienne prison qui est aujourd’hui la porte d’entrée de l’immense parc de Vincennes, le poumon de Paris et un lieu de loisirs et de culture. Les concerts de jazz ont lieu au Parc Floral et tous les deux ans à la Philatélie.

Roland Garros

De l’autre côté de la ville, au-delà du 16ème arrondissement, se trouve l’autre poumon de Paris, la forêt de Boulogne. Pas trop recommandable la nuit, le jour c’est un lieu de détente. A ses portes, le stade PSG, le Parc des Princes et les bâtiments de Rolland Garros,Rafael Nadal gagne presque toujours.

 

Bistrot pour vos escapades à Paris

Une nouvelle génération de restaurants gastronomiques fleurit dans la capitale française. Traditionnellement connus sous le nom de bistrot, ces lieux de restauration internationale réinventent le concept de cuisine d’avant-garde.

L’Office, pour les New-Yorkais à Paris

Paris, c’est l’amour, la romance, la saleté et les affaires. Un soir à Manhattan, le chef français Charles Compagnon et le chef américain Kevin O’Donell se sont réunis autour d’une table pour discuter de sujets culinaires. Cette inspiration a incité Charles à ouvrir un bistrot dans une zone émergente de Paris et à fonder L’Office Hoy, ce restaurant d’inspiration italienne qui met l’accent sur les pâtes comme plat principal et qui est devenu populaire auprès des jeunes parisiens.

L’Affable, une perle de l’aristocratie

L’aristocratie parisienne a de la chance. Les élégantes dames de Seine ont une nouvelle raison de se promener avec leurs caniches. Le bistrot L’Affable, situé dans une zone exclusive de la France, est un succès auprès des Parisiens de la rive gauche de la Seine. Si vous l’osez, vous pouvez goûter un saumon sauvage à la vapeur avec des œufs biologiques et une émulsion de bacon et une petite assiette de pétoncles à la sauce aux betteraves.

Au Passage, jeune passion

Il est temps de profiter des jeunes passions. Le bistrot Au Passage recrée une ambiance art déco pour une soirée insouciante dans la ville d’Eiffel. Un endroit idéal pour profiter d’un dîner calme et romantique jusqu’à la tombée de la nuit. Si la gastronomie est votre grande passion, essayez son délicieux hareng assaisonné à la crème de betteraves, une touche de raisin et de purée de pommes de terre veloutée et vous ne le regretterez pas.

Verjus, le goût exotique

Pourquoi visiter un restaurant américain à Paris ? Les chefs Braden Perkins et Laura Adrian, originaires de Boston, préparent certains des plats les plus audacieux de la ville. Le bistrot Verjus, situé à côté du Palais Royal, offre un menu qui ravit les parisiens et les étrangers les plus audacieux à la recherche de nouvelles textures gastronomiques dans la ville de l’amour.

Le Pantruche, dessert intellectuel

La sphère intellectuelle a conquis le quartier Saint Germain des Prés après la Grande Guerre. Aujourd’hui, l’histoire de ce quartier de la bourgeoisie bohème bourgeoise inspire Le Patruche, un bistrot soigneusement décoré situé près de la rue des Martyrs. Si vous voulez en savoir plus, essayez sa savoureuse terrine de foie gras avec sauce au vin rouge et des touches de caramel salé.

Chatomat, la tombée de la nuit bohème

Si vous voulez entrer dans les quartiers multi-ethniques de la ville de lumière et goûter ses délices, prenez un taxi jusqu’à Ménilmontant, un quartier où il est plus facile de trouver une mosquée qu’une baguette. Si vous vous promenez dans les rues étroites de ce Paris authentique, vous trouverez le bistrot Chatomat, une vitrine gastronomique particulière des chefs Alicia Di Cagno et Victor Gaillard. Ce pari de deux chefs attire une foule d’artistes locaux, donc – si vous y allez – vous aurez plus de chances d’entendre une conversation sur l’art conceptuel que sur la crise économique.

Vins des Pyrénées, dans le nord de l’Espagne.

Dans l’imposante place des Vosges, parmi ses palais opulents, ses boutiques de mode et ses magasins d’antiquités tentants, se cache le bistrot Vins des Pyrénées. Cette ancienne cave transformée en restaurant de cuisine traditionnelle sert des plats anciens aux influences pyrénéennes qui raviront nos sens.

Terroir Parisien, retour au passé

Yannick Alléno, chef avec trois étoiles Michelin, démontre l’importance de regarder en arrière pour aller de l’avant. Ce maître de l’art culinaire a été fasciné par l’idée que les grandes recettes s’inspirent de la cuisine traditionnelle, et dans le bistrot Terroir Parisien il propose un retour au passé, aux produits fermiers et à la cuisine mijotée.

Philou, une collation créative

Ancré dans un quartier ouvrier près de Saint Martin, le quartier où l’on trouve les morsures de Philou est devenu le foyer des créatifs. Le style urbain de ce quartier mêle l’imagination créative de ses boutiques à des espaces anciens, comme à une autre époque. Dans ce contexte, ce bistrot est né, une création de Philippe Damas -un véritable fétichiste des produits de saison- où l’on peut déguster des légumes avec des escargots en sauce pesto, une morue sur un lit de lentilles et, pour le dessert, un gâteau glacé au caramel.

Neva Cuisine, tête á tête ?

Ce bistrot art nouveau recrée une atmosphère sépia, avec des parquets, des lustres et une esthétique du 19ème siècle. Les convives pourront profiter des délices du chef Beatriz González à Neva Cuisine, comme les raviolis aux crevettes au gingembre et le bouillon de betterave.

5 excursions au départ de Paris

Des boulevards bordés de monuments impressionnants, des bâtiments magnifiques à perte de vue, des musées qui sont les meilleurs au monde, des cafés pittoresques et des restaurants à chaque virage – Paris est un magnifique et séduisant mélange de tout ce que les voyageurs cherchent à voir et à vivre. Qu’il s’agisse de flâner dans les rues de la capitale française, de regarder un film dans l’un de ses vieux cinémas ou tout simplement de déguster un espresso dans un café en terrasse, Paris est une fête intemporelle pour les sens et une vie ne suffit probablement pas pour découvrir toutes les merveilles qu’elle a à offrir.

Ce qui rend la ville d’autant plus séduisante est la longue liste d’anciennes cités, de villages médiévaux et de châteaux féeriques, tous accessibles en moins d’une heure ou deux. Capitale de la France depuis des siècles, Paris est le point zéro du prestige et du pouvoir et plus vous êtes proche de la capitale, mieux c’est. Il n’est pas étonnant que les rois et les nobles aient construit des résidences à deux pas de la ville, et que les villages et les villes s’épanouissaient mieux là où se trouvaient les rois et les nobles. C’est pour le plus grand plaisir des voyageurs d’aujourd’hui qui, plus souvent qu’autrement, veulent inclure dans son itinéraire le plus grand nombre de destinations et d’activités possibles.

Montez à bord d’un bus ou d’un train et résistez à la tentation de Paris pendant un moment. Voici des voyages d’une journée faciles et dignes d’intérêt au départ de Paris, qui ne manqueront pas de faire des vacances épiques en France.

Versailles

Celui-là n’est pas un mystère. Il n’y a pas moyen de parler d’excursions d’une journée au départ de Paris sans mentionner Versailles, et le palais le plus célèbre et le plus grandiose de France vient en tête de liste. Ancien pavillon de chasse de Louis XIII, Versailles devint la capitale politique et le siège principal de la cour royale française en 1682 après que Louis XIV l’ait transformé et agrandi. Les monarques après le Roi Soleil ont ensuite procédé à l’agrandissement et à l’embellissement de Versailles. Bien qu’une grande partie de l’ameublement du palais ait été dépouillé après la Révolution française, de nombreuses pièces ont été restituées et plusieurs de ses pièces ont été restaurées et sont maintenant ouvertes aux visiteurs. Aujourd’hui, l’ancienne résidence des rois de France compte 2 300 chambres opulentes, rien que pour le Palais. L’ensemble du domaine de Versailles s’étend sur 800 hectares et comprend le château, les jardins, le parc, le domaine de Trianon et de nombreux bâtiments de la ville. A part le palais monumental, ne manquez pas les palais Grand et Petit Trianon et le hameau de la Reine où les monarques français sont allés pour échapper brièvement aux intrigues du palais et à l’étiquette courtoise.

Versailles est situé à 22 kilomètres au sud-ouest de la capitale et facilement accessible par le RER C souterrain qui part de la Tour Eiffel, Notre Dame et d’autres arrêts de métro dans le centre de Paris. N’oubliez pas de prendre le train pour Versailles Rive Gauche. Notez que plusieurs trains peuvent arriver sur votre quai en indiquant « Versailles-Chantiers » comme gare terminus, ce que vous ne voulez pas prendre. Le palais est à environ 5 minutes à pied de la gare et si vous n’êtes pas sûr de la direction à prendre, il suffit de suivre la foule et vous êtes sûr d’arriver à Versailles.

Provins

 

Provins ne fait pas toujours des itinéraires touristiques, mais cette ville médiévale de Paris est un must pour ceux qui veulent s’aventurer hors des sentiers battus et profiter d’un peu de paix et de tranquillité loin du buzz habituel des destinations touristiques bondées. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2001, Provins est connue pour ses remparts et ses fortifications médiévales, comme l’imposante Tour César, tour de guet érigée au XIIe siècle sur le bord d’un éperon rocheux pour protéger la ville et le Palais des Comtes, devenant ainsi un symbole de la puissance des comtes de Champagne. D’autres sites dignes d’intérêt sont les tunnels souterrains, le musée et la grange de la dîme. Les heures d’ouverture varient selon la saison, il est donc préférable de passer d’abord à l’Office du tourisme pour obtenir des livrets d’information et des cartes et acheter des billets. La basse saison, disons fin février, n’autorise que des heures limitées (14h00 à 17h00). Une autre chose Provins est célèbre pour ses roses. Visitez les magasins et restaurants locaux et il y a de fortes chances que vous trouverez de nombreuses spécialités à saveur de rose, comme le chocolat chaud à saveur de rose et les bonbons à saveur de rose.

Une façon de se rendre à Provins est d’acheter un billet à un distributeur de billets d’Ile de France et d’attendre le bon train sur les quais normaux de la Gare de l’Est. Provins est habituellement la gare terminus, de sorte que le quai de la vieille ville sera indiqué sur les écrans bleus de la SNCF Ile de France qui sont mis à jour 10-15 minutes avant le départ. Les trains partent toutes les 45 minutes.

Rouen

Si vous êtes un fan de jolies villes historiques aux rues pavées bordées de maisons à colombages, Rouen est une merveilleuse excursion d’une journée que vous attendiez avec impatience. Située le long de la Seine, la cité portuaire médiévale s’enorgueillit de la magnifique cathédrale gothique Notre Dame peinte par Claude Monet et Le Gros Horloge, une horloge astronomique du 14ème siècle élaborée avec art et l’une des plus anciennes horloges d’Europe. La charmante ville est aussi liée à Jeanne d’Arc, martyr, sainte et chef militaire qui a valu à la France sa victoire sur les Anglais dans la guerre de Cent Ans et qui a été brûlée sur le bûcher de la place du Vieux Marché de Rouen. Il y a en fait une tournée Jeanne d’Arc qui comprend la visite d’une tour où se tenait la servante d’Orléans.

Pour vous rendre à Rouen, dirigez-vous vers la gare Saint Lazare où les trains partent deux fois par heure. Vous pouvez soit acheter vos billets en ligne, soit les acheter à l’un des distributeurs de billets jaunes qui n’acceptent que les cartes à puce. Rouen est une excursion d’une journée prisée, alors attendez-vous à ce que les files d’attente soient longues. Nous vous suggérons d’acheter et de prendre votre billet à l’avance pour éviter les tracas de la file d’attente. Pour valider vos billets, utilisez les petites machines jaunes placées à l’avant des quais.

Fontainebleau

Le Château de Fontainebleau, de conception italienne, est sans aucun doute la meilleure alternative à Versailles. Son intérieur est aussi lourdement embelli que celui de Versailles, mais il n’y a pas beaucoup de touristes ici. Le vaste jardin paysager de Fontainebleau, conçu par André le Notre, rivalise aussi avec celui de Versailles et son histoire n’en est pas moins colorée. Il n’est pas aussi massif que Versailles bien sûr, mais ses petites cheminées et ses toits aux pentes abruptes ne manqueront pas de charmer les amoureux du château, sans parler de son magnifique escalier où Napoléon a prononcé son discours d’abdication avant l’exil. Et puis il y a la Forêt de Fontainebleau de 280 km2 qui entoure le château, offrant de superbes possibilités d’escalade, de randonnées et de randonnées.

Situé à 68 kilomètres au sud-est de Paris, il ne faut que 45 minutes en train pour rejoindre l’opulent château. Il suffit d’aller à la Gare de Lyon et de prendre le RER D qui part des principales plates-formes ou Grandes Lignes. Vous verrez des panneaux pour le RER D pointant vers le bas, mais ne vous en faites pas attention. Les trains partent toutes les heures, de sorte que vous ne serez pas trop retardés si vous faites un peu demi-tour. Tout comme Provins, vous pouvez acheter des billets à un guichet ou à un distributeur de billets d’Ile de France, puisque vous séjournerez également en Ile de France. N’oubliez pas de consulter les écrans de la SNCF Ile de France pour rechercher votre plate-forme. Il y a aussi un écran de télévision devant le quai qui affiche la liste des villes et des services ferroviaires. Vous saurez que vous êtes à la bonne plateforme si vous voyez Fontainebleau-Avon dans la liste. En arrivant à la gare de Fontainebleau-Avon, vous apercevrez instantanément un bus étiqueté Bus 1 qui attend pour emmener les passagers au château. Le billet d’autobus coûte 2 €, alors assurez-vous d’avoir des pièces de monnaie ou de petits billets avec vous.

Amiens

La puissante cathédrale gothique d’Amiens est peut-être une raison suffisante pour visiter l’ancienne capitale picarde. La cathédrale d’Amiens, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, est l’une des plus hautes et des plus belles cathédrales de France, avec une nef voûtée et une quantité impressionnante de sculptures gothiques remarquables du début du XIIIe siècle et de sculptures polychromes des périodes ultérieures. Les étonnants jardins flottants de la ville, appelés « hortillonnages », sont aussi une merveille à voir. Imaginez un jardin rustique de 300 hectares, sillonné de canaux d’eau que vous pouvez naviguer en bateau et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi beaucoup de visiteurs à Paris font une excursion d’une journée à Amiens. Le fait que le manoir de Jules Verne, transformé en musée, se trouve à deux pas de la gare, et qu’Amiens est la base idéale pour explorer les champs de bataille de la Somme.

Pour se rendre à Amiens, au départ de la Gare du Nord. Le voyage devrait prendre moins d’une heure et une fois de plus, procurez-vous vos billets à la billetterie Grandes Lignes, en ligne ou aux guichets jaunes si vous êtes détenteur d’une carte à puce. Amiens sera probablement votre station terminus, mais le nombre d’arrêts en cours de route varie. Nous vous suggérons de prendre un train « Intercites » qui va plus vite et qui saute les petites villes.