Comment devrait être la vraie pizza romaine

Pour diverses raisons, la pizza romaine a toujours été considérée comme inférieure à la pizza napolitaine. De plus, l’UNESCO a récemment reconnu l’art de la pizza napolitaine comme un patrimoine immatériel de l’humanité, laissant derrière elle Rome et ses traditions.

S’il est vrai que la pizza a toujours été un plat pauvre qui n’a pas exigé beaucoup d’attention, aujourd’hui la révolution gourmande a submergé même la pizza romaine et l’a rendue vraiment intéressante et appétissante.

Ainsi, le magazine en ligne Agrodolce a donné vie, dans sa deuxième édition, à une journée entièrement consacrée à la pizza romaine : la Journée Pizza Romana. La pizza romaine a au moins quatre déclinaisons qui la rendent unique en son genre : la pizza coupée, celle à la pelle, la pinsa et la pizza ronde. Pour chacun de ces types, il existe un traitement différent des outils de cuisson (plaques et fours) et une recette différente, tant en termes de pâte que de choix des ingrédients pour la garniture.

Si on y pense, en fait, la pizza dans la poêle qui est le protagoniste des pizzerias coupées qui sont si populaires à Rome, doit passer plus de temps dans la vitrine du magasin, par rapport à une pizza ronde qui se mange dès qu’elle est cuite. La préparation sera donc très différente, la dose de levure et tout le reste.

C’est précisément à cause de la présence de ces différents types de pizzas que la vraie caractéristique de la pizza romaine est de pouvoir la manger à tout moment de la journée. Pour un Romain, par exemple, il est impossible d’oublier la pizza qui a coloré presque toutes nos collations scolaires en milieu de matinée. La pizzetta rouge classique qu’on ne trouve nulle part ailleurs en Italie, ou la pizza blanche farcie au jambon et au fromage. Tout cela à 11 heures.

Ainsi, à l’occasion de la Journée Pizza Romana, toutes les pizzerias qui voulaient mettre en valeur leur produit ont été rassemblées, et une série d’ambassadeurs nommés par les organisateurs ont présidé des déjeuners et des dîners pour communiquer ces recettes intéressantes au monde. Enfin, à Rome, nous assistons à une petite révolution, de nombreuses pizzerias ont commencé à faire des recherches sur les mélanges et les condiments et beaucoup ont finalement tourné la bonne attention à ce style.

Allons-y par ordre cependant. La première édition de la Journée Pizza Romana (2018) a voulu signer un Manifeste de Pizza Romana pour avoir l’occasion de lui donner une véritable identité. Un document en dix points, longuement discuté sur les médias sociaux, qui résume l’essence de ce produit, des ingrédients nécessaires aux caractéristiques esthétiques et organoleptiques qu’une vraie pizza romaine devrait avoir. Bref, le Manifeste établit l’histoire, la pâte, l’assaisonnement, l’assaisonnement, l’aplatissement, la cuisson et l’aspect final du plat unique par excellence, ajoutant à ces points les détails de la corniche – qui, contrairement à la pizza napolitaine, n’existe presque pas – la compétence de ceux qui la font (mais aussi de ceux qui la présentent) et le facteur humain qui invente et valorise les produits régionaux et de saison.

Description de la pizza romaine ronde selon ce Manifeste de la Journée de la Pizza Romana :

« La nouvelle pizza romaine est une pizza basse avec une note croquante constante. Elle est assaisonné jusqu’au bord. Le disque doit avoir un diamètre d’environ 30 cm, il n’y a pas de traces de farine sur le bord ou sur le fond.

Cette année, Pizza Romana Day a proposé aux fabricants de pizzas de faire une pizza entièrement dédiée à la région du Latium : « 100% Lazio » et je dois dire que les maîtres de l’art blanc romain s’y sont vraiment livrés.

Personnellement, j’ai goûté une délicieuse pizza 100% Latium à la Pizzeria 91bis de Mauro Meddi en via della Farnesina : fond blanc, bologne de porc noir, burrata déchirée, figues de septembre et poudre d’olive.

Author: idfixe